03 Novembre 2021

Système et appareillage pour avoir une installation de chauffage central propre

Pour la qualité de l’eau et le traitement de l’eau des systèmes de chauffage, il est tenu compte de la norme européenne EN1717. Cette norme traite des moyens utilisés pour éviter la pollution de l’eau potable et son reflux. Parallèlement, l’attention se porte davantage sur des installations propres, qui fonctionnent conformément aux conditions de conception et garantissent un rendement élevé, des perturbations minimales et une longue durée de vie. Caleffi propose différentes méthodes de traitement pour nettoyer et entretenir une installation. Dans le respect total de la réglementation la plus stricte et de l’environnement.

Nouveaux systèmes et systèmes existants

Pour éviter les obstructions et la corrosion, il est important que l’eau d’installation reste la plus propre possible, tant pour les installations neuves que pour les installations existantes. L’installation d’un bon séparateur d’impuretés constitue une bonne première étape. Un séparateur d’impuretés à aimant, comme le DIRTMAG® PRO de Caleffi, élimine les impuretés et la magnétite de l’eau grâce à un filtrage et à des éléments magnétiques.
En cas d’utilisation d’additifs, le séparateur d'impuretés sert également de point d’accès pour l’ajout de produit.

Protection complète de l’installation

Pour le nettoyage total du système, il est recommandé d’utiliser des additifs. Ces produits ont tous leur propre objectif et peuvent être utilisés successivement. Ainsi, le C3 CLEANER est un additif qui élimine la saleté, le calcaire et les résidus de soudure et l’agent de protection C1 INHIBITOR veille à ce que la valeur de pH reste à niveau, de sorte que la corrosion, la saleté et les pertes de rendement ne sont plus à l’ordre du jour.
Pour les petites fuites, il y a le C4 LEAK SEALER, qui applique dans un délai d’un jour une couche de protection contre les petites fuites dans les conduites. Les C3 CLEANER, C1 INHIBITOR et C4 LEAK SEALER sont inodores et incolores, non agressifs et non toxiques. À l’exception du C7 BIOCIDE, qui a été spécialement développé pour empêcher la prolifération bactérienne dans les systèmes à basse température. L’utilisation du C7 BIOCIDE est soumise à des consignes de sécurité strictes.

Traitement automatique de l’eau

Une phase suivante du traitement de l’eau est la déminéralisation et l’adoucissement de l’eau de remplissage (d'appoint) des systèmes de chauffage central existants au moyen d’une unité de traitement de l’eau automatique avec des cartouches d’adoucissement et de déminéralisation de l’eau. Lors de l’adoucissement, les ions calcium et magnésium sont liés et remplacés par des ions sodium, ce qui donne une eau pure riche en sodium et autres sels. Après l’adoucissement de l’eau, le risque de dépôts de calcaire est faible, mais l’ajout du C1 INHIBITOR est nécessaire pour réduire le risque de corrosion.
La déminéralisation va plus loin. Elle élimine tous les sels de l’eau, ce qui réduit le risque de corrosion.
L’eau qui a subi l’un de ces traitements est nocive pour la santé et n’est plus adaptée à la consommation. Conformément à la norme EN1717, un disconnecteur BA doit donc être installé pour protéger le réseau d’eau potable.

Les cartouches d’adoucissement et de déminéralisation sont placées dans une unité de traitement de l’eau automatique, un système entièrement innovant qui assure toujours un traitement correct de l’eau en fonction de la conductivité de l’eau. Grâce à son boîtier extrêmement petit, il convient parfaitement aux systèmes de chauffage peu encombrants. Le régulateur de l’unité de traitement a trois fonctions :

  • Un compteur de volume permet de contrôler le débit et la quantité d’eau remplie ;
  • Une cellule de mesure de conductivité intégrée contrôle l’efficacité du traitement et indique quand la cartouche doit être remplacée.
  • Un système électronique permet de régler les paramètres à l’aide d'une interface pour surveiller le processus de remplissage.

Lors de la phase d’adoucissement, l’utilisateur peut également choisir la valeur de dureté (°f ou °dH) pour le post-traitement. Cette fonction n’est pas nécessaire pour la déminéralisation de l’eau, car c’est le régulateur qui détermine quand la limite de conductivité électrique sélectionnée est atteinte.